PAIX ET SECURITE DANS L’ESPACE UEMOA Les concertations sur la paix, la sécurité et le développement dans les zones frontalières ont démarré ce lundi 11 octobre 2021 à Korhogo au nord de la Côte d’Ivoire.


Les présentes concertations sont organisées par la Commission de l’UEMOA à travers la Délégation générale à la paix et à la sécurité, en partenariat avec la Mission de l’Union Africaine pour le Mali et le Sahel, autour du thème « Le développement des initiatives transfrontalières pour la prévention et la gestion des conflits liés à la gouvernance des ressources naturelles dans un contexte de changement climatique ».

L’ouverture des travaux a été présidée par le Ministre de l’Intérieur et de la sécurité, le Général de corps d’armée Vagondo DIOMANDE, représentant le Premier Ministre de la République de Côte d’Ivoire.
« la sécurité à nos frontières est devenue aujourd’hui plus que jamais, la condition sine qua non de la paix et de la stabilité politique de nos Etats, sans lesquelles le développement serait une vue de l’esprit » dira le Général DIOMANDE.

Auparavant, le Haut représentant de l’Union Africaine pour le Mali et le Sahel Maman Sambo SIDIKOU avait salué le thème de ces concertations, car pour lui « une vraie coopération entre les Etats commence par une coopération entre les zones frontalières ».

Le Président de la Commission de l’UEMOA Abdoulaye DIOP a prononcé son discours en visioconférence, depuis le siège à Ouagadougou. « L’exploitation des ressources naturelles est souvent source de tensions, de conflits latents ou ouverts, qui mettent à rude épreuve le vivre ensemble au sein des communautés locales », dira-t-il. C’est pourquoi pour prévenir les tensions ou gérer au mieux les conflits, le Président de la Commission propose la conception « des politiques pertinentes, et de mettre en place des cadres juridiques et institutionnels adéquats et fonctionnels ».

Le Commissaire en charge du Département du développement de l'Entreprise, des Mines, de l'Energie, et de l'économie Numérique prend part à ces concertations qui réunissent également des représentants des Etats membres de l’UEMOA, des organisations régionales, des élus locaux des zones frontalières, des autorités coutumières et religieuses, les présidents d’organisations faitières de collectivités territoriales transfrontalières.

Les échanges vont porter sur la gestion de l’environnement, des forêts et des ressources en eau dans le contexte de changement climatique, l’orpaillage et exploitation minière dans les zones vulnérables et la gestion des conflits entre agriculteurs et éleveurs.

Pour rappel, les concertations de Korhogo font suite à celles de Sikasso au Mali qui s’étaient tenues en juillet 2019, pour promouvoir une approche partagée et globale visant à renforcer l'action des collectivités territoriales dans la préservation de la paix, de la sécurité et la promotion du développement dans les zones frontalières.
Les travaux prennent fin le mercredi 13 octobre 2021.

Scroll To Top