Le Commissaire Jonas GBIAN évoque la Politique Agricole et les priorités de l’UEMOA pour promouvoir l’industrie agroalimentaire durable

 

Regroupant plus de 60 % de la main-d’œuvre et générant près de 30 % du PIB, le secteur de l’agriculture offre un potentiel immense pour générer de la richesse et réduire la pauvreté en Afrique de l’Ouest.  C’est au cœur de cette problématique, qu’est intervenu le Commissaire Jonas GBIAN au cours du 3ème panel de la Conférence de Haut niveau sur la création d’emplois, la croissance et la compétitivité en Afrique de l’Ouest, organisée ce jeudi 07 juin 2018 à Bruxelles.

Le Commissaire en charge de la Sécurité Alimentaire de la Commission de l’UEMOA s’est appesanti sur les mesures concrètes prises par l’UEMOA pour encourager une industrie agroalimentaire durable dans l’espace sous-régional. Il a ainsi évoqué  le Règlement N°07/2007/CM/UEMOA relatif à la sécurité sanitaire des végétaux, des animaux et des aliments qui fait de la zone UEMOA un territoire sanitaire unifié, fixe le cadre juridique et crée les dispositifs de coopération et de reconnaissance mutuelle en vue de l'harmonisation des mesures sanitaires et phytosanitaires entre les Etats membres. On note également le Règlement n°03/2010/CM/UEMOA, du 21 juin 2010, portant schéma d’harmonisation des activités d’accréditation, de certification, de normalisation et de métrologie dans l’UEMOA.

A propos des chaînes agroalimentaires à privilégier en raison de leur impact potentiel sur la création d’emplois et leur l’avantage compétitif en Afrique de l’Ouest, le Commissaire GBIAN a relevé que l’UEMOA a fait le choix de cinq filières prioritaires et d’y concentrer ses interventions. Il s’agit notamment des filières riz, maïs, coton, bétail/viande et aviculture pour lesquelles, l’Afrique de l’Ouest dispose non seulement d’avantage comparatif, mais également elles permettent de lutter contre le chômage des jeunes et l’insécurité alimentaire.

A côté de ces filières, l’accent doit être mis sur les produits comme le café, le cacao ou encore les produits de l’horticulture, dont l’exportation permet d’améliorer la balance commerciale des Etats, a indiqué le Commissaire Jonas GBIAN.

 

 

Scroll To Top