Compétitivité de la filière coton dans les pays du C4 et de l’espace UEMOA : la transformation au centre des préoccupations des acteurs à Bamako

 

La Commission de l’UEMOA organise du 27 au 29 novembre 2018 à Bamako, un atelier d’échanges et de partage d’expérience sur la transformation artisanale, semi-industrielle et industrielle de la fibre de coton dans les pays du C4 (Bénin, Burkina Faso, Mali et Tchad) en particulier et dans l’espace UEMOA en général. 

Cette rencontre qui se tient dans le cadre de la mise en œuvre du Projet de Compétitivité du Coton de l’UEMOA avec l’appui financier de l’USAID, a enregistré la participation des représentants des Pays du C4, des Organes et Institutions de l’UEMOA, des Institutions régionales, des Organisations Professionnelles nationales et régionales de la filière et des structures de transformation du coton.

 La cérémonie d’ouverture des travaux a été présidée ce mardi 27 novembre 2018 par Monsieur Moulaye Ahmed BOUBACAR, Ministre du Développement Industriel et de la Promotion des Investissements du Mali, en présence du Commissaire Jonas GBIAN, chargé du Département de l’Agriculture, des Ressources en Eau et de l’Environnement et de Monsieur Mamadou Moustapha BARRO, Représentant Résident de la Commission de l’UEMOA au Mali.

Les performances de la filière coton sont bien en deçà de nos ambitions en matière de transformation industrielle et de création de richesses, a dit le Commissaire Jonas GBIAN dans son allocution de bienvenue. Or pour bâtir un secteur coton productif, compétitif et résilient, il est nécessaire d’ajouter de la valeur sur place à nos produits, a-t-il poursuivi.

Cette valorisation de la fibre concerne surtout la transformation textile mais également la confection et l’habillement, à l’exemple bien connu du pagne tissé africain. D’où l’importance de la présente rencontre qui permettra d’identifier les principaux verrous qui limitent l’atteinte de résultats immédiats et tangibles dans le domaine de la transformation de la fibre de coton.

Pour le Ministre Moulaye Ahmed BOUBACAR, le coton contribue indiscutablement au développement du Mali et des pays producteurs de coton de l’espace UEMOA et du Tchad. Malheureusement, l’agro-industrie qui demeure la voie pour une meilleure exploitation des chaînes de valeur de la filière coton est quasi inexistante dans la plupart des pays de l’espace UEMOA et du Tchad, ce qui ne permet pas d’exploiter de manière optimale, les potentialités réelles de la filière coton et de tirer profit des retombées en termes de développement économique durable et social et de création d’emplois et de richesses.

Cette rencontre vient donc à point nommé car elle est une plateforme idéale pour proposer des solutions pouvant contribuer à améliorer le taux de transformation de la fibre de coton produite dans les pays du C4 en particulier et dans la zone UEMOA en général.

Le Gouvernement malien qui fait de la transformation du coton une priorité de sa politique de développement, attend avec beaucoup d’intérêt les conclusions de cette rencontre dont les travaux prennent fin le jeudi 29 novembre 2018.

 

Scroll To Top