Célébration du 25ème anniversaire de l’UEMOA au Niger.

Monsieur Issouf Oumar MAIGA, Représentant résident de la Commission de l’UEMOA au Niger lors de son allocution.

Le Bureau de représentation de la Commission de l’Union Economique et Monétaire (UEMOA) au Niger a célébré, le vendredi 8 novembre 2019, à l’hôtel Radisson BLU de Niamey,  le vingt-cinquième anniversaire de la création de l’UEMOA au Niger.

L’évènement, qui a été marqué par un dîner de gala, était présidé par Monsieur Ahmed DJIDOUD, Ministre délégué au budget du Niger, représentant le Ministre des finances empêché. C’était en présence de membres du Gouvernements, de représentants des Institutions de la République, des membres des organes de l’Union au titre de la République du Niger, des membres du corps diplomatique et des représentants des organisations internationales accréditées au Niger, des cadres de l’administration nigérienne, des anciens membres d’organes et d’anciens fonctionnaires des organes de l’UEMOA, de partenaires de l’Union, ainsi que de nombreux autres invités.

Dans son allocution de bienvenue, Monsieur Issouf Oumar MAIGA, Représentant résident de la Commission de l’UEMOA au Niger, a rappelé les avancées majeures réalisées par l’Union, au cours des vingt-cinq dernières années, notamment la création d’un marché commun basé sur la libre circulation des personnes, des biens et des capitaux, la convergence macroéconomique et l’harmonisation des législations nationales des Etats membres dans les secteurs socio-économiques. Il a indiqué qu’en dépit de ces avancées, il reste encore défis à relever. Au nombre de ces défis, la mise en œuvre effective de la libre circulation des personnes et des biens dans notre espace communautaire, afin de favoriser l’émergence d’un marché intracommunautaire, qui éprouve des difficultés à décoller.

A cet égard, la Commission a organisé à Ouagadougou, les 7 et 8 octobre 2019, un forum scientifique international sur le thème : « UEMOA, 25 ans : ensemble relevons le défi de la libre circulation des personnes et des biens dans un espace communautaire sécurisé ». Ce forum a donné l’occasion de procéder à une évaluation des outils et des pratiques face à la problématique de la libre circulation des personnes et des biens au regard du contexte sous régional caractérisé par une insécurité grandissante et multiforme.

Il a souligné que le Niger demeure fortement engagé dans le processus d’intégration sous régionale au regard des résultats qu’il a obtenus lors de la dernière revue annuelle des réformes, programmes et projets communautaires de l’UEMOA d’octobre 2019, est comptable des avancées enregistrées par l’Union. Ainsi, il a affirmé que le Niger a fait un bond de 9,54 points de 2018 à 2019, et affiche un taux moyen de mise en œuvre des réformes de 74,33% contre 64,79% en 2018. Au titre des programmes et projets, le Niger affiche un taux moyen d’exécution physique de 90,60% avec un indice de performance de 57,52%.

Il a réitéré la solidarité pleine et entière et l’engagement total de l’UEMOA aux côtés du Gouvernement de la République du Niger pour relever les défis relatifs aux questions de paix et de sécurité dans la sous-région.

Monsieur Ahmed DJIDOUD, Ministre délégué au budget, représentant le Ministre des finances lors de son allocution

Pour sa part, Monsieur Ahmed DJIDOUD, Ministre délégué au budget, représentant le Ministre des finances,  a souligné que « le chemin parcouru est louable, 25 ans après la création de l’UEMOA à Dakar, le 10 janvier 1994 ». Les pères fondateurs, ayant pris conscience de la complémentarité de leurs économies, avaient décidé de conjuguer les efforts de leur pays respectif, déjà liés par une solidarité monétaire.

Aux dires du Ministre délégué au budget, l’évolution qualitative de l’UEMOA au cours des 25 dernières années, nous la devons à la forte impulsion donnée à la vie de l’Union par les chefs d’Etat et de gouvernement. Les orientations claires de la Conférence et les directives opérationnelles des comités de haut niveau ont contribué à faire avancer les chantiers majeurs relatifs à la paix et à la sécurité, à l’énergie, à la sécurité alimentaire et au financement de l’économie. 

Par ailleurs, a-t-il souligné, si les acquis sont palpables et concrets, le contexte de l’Union est marqué par des mutations profondes et rapides et l’existence de défis multiples et complexes à relever. Cela signifie que l’Union doit faire preuve d’une réelle capacité d’adaptation pour préserver et consolider ses nombreux acquis. Parmi ces défis à relever, l’on peut citer, entre autres, le faible taux des échanges intracommunautaires au sein de l’espace, les nombreux postes de contrôle sur les principaux corridors, les prélèvements illicites et autres faux frais et les longs délais pour le transport des marchandises et des biens.

Parlant des programmes et projets communautaires, il a précisé que le Niger dispose actuellement d’un portefeuille de neuf (9) programmes et projets, dont le coût global s’élève à 21, 500 milliards F CFA.

 

Scroll To Top