3ème Revue annuelle de l’UEMOA au Burkina: le Président de la Commission chez le Premier Ministre Paul Kaba THIEBA

 

Le Président de la Commission,  Abdallah BOUREIMA a remis, vendredi 17 novembre 2017, à son Excellence   le Premier Ministre Paul Kaba THIEBA,  le mémorandum  de la revue 2017 des réformes, politiques, programmes et projets communautaires au Burkina Faso. C’était en présence de Madame Hadizatou Rosine COULIBALY, Ministre de l’Economie, des Finances et du Développement et  des membres du gouvernement.

Au cours de la rencontre, le Président de la Commission, accompagné de certains de la Commission, a fait au Premier Ministre, l’état de mise en œuvre  des réformes, politiques, programmes et projets communautaires au Burkina Faso en 2017. A cet effet, il  a relevé  des avancées notables au Burkina dans la mise en œuvre des 122 réformes  pour un taux satisfaisant de 77,8%

Dans le domaine de la Gouvernance économique, la convergence, le Marché Commun et les Politiques sectorielles, le Président Abdallah BOUREIMA  a souligné  notamment la transposition et la mise en œuvre des directives relatives à la loi des finances, la comptabilité publique et la nomenclature budgétaire de l’Etat. Il  a surtout salué l’exemplarité du Burkina Faso, le seul pays de l’Union  à  passer du budget de moyens au budget – programme.

Toutefois, des efforts restent à accomplir pour certains textes comme le code des marchés publics et les mesures à  prendre pour la mise en œuvre des directives relatives au plan comptable de l’Etat, au Tableau des Opérations Financières de l’Etat (TOFE), à la comptabilité des matières ainsi que  le régime financier des collectivités territoriales.

En  matière de surveillance multilatérale, le Président de la Commission  a appelé au respect des critères relatifs au solde budgétaire, à la masse salariale et à la pression fiscale, même s’il s’est dit conscient des contextes socio-économiques difficiles des Etats de l’Union, liés surtout aux défis sécuritaires du moment.

Au titre du marché commun, le Président de la Commission a noté que tous les textes relatifs à l’union douanière sont mis en œuvre par le Burkina (Tarif Extérieur Commun et code communautaire douanier) et des efforts déployés dans la  transposition et la mise en œuvre de certains textes notamment la Directive portant modernisation et harmonisation des systèmes d’échanges d’information entre les administrations douanières et fiscales, la Directive relative à la libre circulation et à l’établissement des docteurs vétérinaires ainsi que celle sur l’égalité de traitement des étudiants ressortissants de l’UEMOA, dans la détermination des conditions et des droits d’accès aux institutions publiques d’enseignement supérieur.

Il a néanmoins relevé la non-conformité de certains  textes nationaux transposés par rapport aux dispositions communautaires, en particulier des directives relatives aux chirurgiens-dentistes, médecins  et pharmaciens et textes sur la concurrence, et celle relative à  la mise en place d’un dispositif de suivi institutionnel du programme de transition fiscale,  transposée mais non mise en œuvre.

Quant aux politiques  sectorielles, le Président Abdallah BOUREIMA a marqué sa satisfaction pour les progrès enregistrés dans le domaine de l’agriculture et de l’environnement avec  l’application des règlements portant harmonisation des règles régissant le contrôle de la qualité, la certification et la commercialisation des semences végétales et des pesticides ainsi que la sécurité sanitaire des végétaux, des animaux et des aliments.

Evoquant le secteur des transports et leur facilitation, il  a fait remarquer qu’il subsiste des difficultés dans la mise en œuvre de certains textes. C’est le cas de l’emblématique Règlement 14 sur le contrôle de la charge à l’essieu où plusieurs dispositions comme le contrôle de conformité et le délestage qui ne sont pas encore appliqués au  Burkina.

A propos des  programmes et projets communautaires, la revue 2017  a porté sur treize (13) programmes et projets en exécution au Burkina, pour un  montant global de 11,9 milliards financés sur ressources propres.  Le Président Abadallah BOUREIMA a souligné les performances fort appréciables de ces programmes et projets  qui se recensent dans les domaines de l’agriculture, l’élevage, la pêche, l’environnement, l’eau et les mines ; l’artisanat, l’énergie, l’industrie, le tourisme, les télécommunications et les TIC. Il subsiste toutefois des   obstacles  à surmonter. 

Le Président de la Commission a enfin relevé  les principales recommandations  du Mémorandum consensuel, en plaidant  pour une impulsion politique forte « pour la bonne exécution des réformes et projets communautaires en vue d’engranger les gains de l’intégration régionale, estimés à 2 points supplémentaires de PIB dans l’Union. »

L’occasion était également belle pour lui de rappeler le nouveau contexte de rationalisation impulsé par la Conférence des Chefs d’Etat et de Gouvernement le 10 avril 2017 à Abidjan. Ce nouveau contexte qui appelle au recentrage des interventions et l’utilisation judicieuse des ressources, servira de socle à la feuille de route 2017-2021 de la Commission a-t-il indiqué.

Dans son intervention, le Premier ministre Paul Kaba THIEBA, a marqué sa satisfaction pour la qualité  des indicateurs et des résultats obtenus , qui indiquent pour son pays, le travail abattu et le chemin à parcourir pour maintenir le cap ou améliorer ses taux de performance là où c’est nécessaire.  Il a ainsi exhorté son gouvernement à fixer dès maintenant un agenda prenant en charge toutes les recommandations de cette 3ème revue de l’UEMOA. Pour Paul Kaba THIEBA, le dispositif institutionnel de la Revue de l’UEMOA procède d’une excellente vision des plus hautes autorités de l’Union, visant à approfondir le processus d’intégration économique régionale pour le bien-être des populations.

Un point de presse, animé par le Président de la Commission et le Ministre de l’Economie, des Finances et du Développement a clôturé la rencontre politique de la revue 2017 de l’UEMOA au Burkina.

Scroll To Top