Financement du développement en Afrique de l’ouest La Banque Mondiale consulte les institutions sur sa stratégie régionale.

 

Sous la présidence de Madame Deborah WETZEL, Directrice de l’Intégration Régionale, la réunion  tripartite sur la mise à jour de la Stratégie Régionale du Groupe de la Banque Mondiale s’est tenue ce lundi 18 mai 2020, par visioconférence en présence des Présidents de la Commission de l’UEMOA, M. Abdallah BOUREIMA, de la Commission de la CEDEAO, M. Jean Claude BROU entourés de leurs équipes de Commissaires et cadres des trois institutions.

Après les propos introductifs présentés respectivement par Madame WETZEL, et les Présidents BROU et BOUREIMA, les travaux ont démarré avec la présentation de la stratégie Régionale. Cette communication présentée par Madame WETZEL a fait cas de la situation de la pandémie du coronavirus et ses implications sur les efforts d’intégration régionale. Elle a ensuite déroulé toute la stratégie Régionale d’intégration dans laquelle se dégagent (04) quatre priorités de financement portant entre autres sur la connectivité, le commerce et l’intégration des marchés, le capital humain et la résilience.

 

Le Président BROU a pour sa part tenu à expliquer d’abord les différents fléaux auxquels l’institution sous-régionale faisait face tout en évoquant entre autres la question de l’invasion acridienne dans les pays du sahel, le problème de l’insécurité alimentaire auxquels s’ajoute aujourd’hui la gestion du covid-19.

« Globalement c’est une situation difficile pour les pays membres de la CEDEAO ». Et selon lui, « le taux de croissance dans l’espace risque de se réduire à -2% si la pandémie continue après juin 2020 ».

En ce qui concerne la stratégie Régionale présentée par le Groupe de la Banque mondiale, le Président de la CEDEAO a insisté sur le financement de l’Agriculture qui pour lui « reste une grande priorité ». Il a par ailleurs demandé à la Banque mondiale de prendre en compte le secteur privé et la question du genre dans leur stratégie.

 

 Le Président BOUREIMA, après avoir salué la Banque mondiale pour son accompagnement dans le financement de projets de développement dans l’espace UEMOA, est revenu sur un certain nombre de points spécifiques à l’espace UEMOA pour attirer l’attention de la Banque Mondiale notamment sur la question d’une accentuation de la pauvreté des communautés et le commerce intra-communautaire qui qui pour lui, reste encore très faible.

Pour cela, le Président de la Commission de l’UEMOA prône pour « la réalisation des infrastructures et la production énergétique ». Concernant le capital humain le Président BOUREIMA partage les approches de la CEDEAO axées sur le renforcement des compétences et la formation, mais « demande une clarification pour pouvoir prendre en compte au mieux les besoins spécifiques » a-t-il indiqué.

 

 

Scroll To Top